L’écologie est un des plus grands défis de l’humanité du XXIe siècle et, fort logiquement, la thématique traverse tout notre programme. La nature a trop longtemps été dissociée de l’humain, et il est temps de sortir d’une société qui ne se soucie pas des dommages collatéraux qu’elle provoque sur son environnement. C’est pourquoi nous voulons des logements écologiques, des transports écologiques, des modes de vie écologiques et une économie écologique. La Chaux-de-Fonds doit à terme pouvoir appliquer la « règle verte », c’est-à-dire qu’elle ne consomme pas plus, en une année, que ce que la nature est capable de reproduire en un an. Cela implique d’en finir avec le mythe de la « croissance » infinie.

Concrètement, nous voulons pour la ville des bâtiments et des éclairages publics moins énergivores, si possible éteints la nuit. Nous voulons massivement recourir à l’énergie solaire, en rappelant que la ville possède un taux d’ensoleillement et une urbanisation particulièrement propices à cette solution. Nous voulons une électricité qui provienne de sources renouvelables publiques, l’optimisation de la consommation des appartements (aération, chauffage, eau chaude), la promotion du chauffage à distance et, surtout, une réduction de la consommation de toutes les formes d’énergie, car l’énergie la plus renouvelable est celle que nous n’utilisons pas. Ce ne sont que des exemples : bien d’autres mesures pourront accompagner les changements de comportements de la collectivité comme des individus.

Écologie 18 19 Au-delà des infrastructures et de la consommation d’énergie, nous voulons également que La Chaux-de-Fonds s’attelle sérieusement à la sauvegarde de la biodiversité de sa région. Les insectes et les oiseaux disparaissent : faisons en sorte que nos sous-bois et nos parcs soient des refuges pour  eux ! Incitons les habitant·e·s à installer des nids, comme on le fait déjà pour certaines espèces (le rougequeue à front blanc notamment). Les eaux sont polluées : contrôlons fermement les produits utilisés, dépolluons nos terrains et punissons les pollueurs. Les sols se tassent et s’érodent  : soutenons les cultures respectueuses de la terre. La ville possède de nombreuses surfaces agricoles, passons à une agriculture respectueuse de l’environnement en soutenant les agricultrices et agriculteurs dans cette évolution. Montrons l’exemple !

Pour faire face à l’avenir, nous voulons mettre en place des lieux d’échanges, de débats et de formation pour favoriser l’évolution de nos mœurs et l’émulation en matière d’écologie. L’écologie doit également devenir une thématique intégrée à tous les niveaux des programmes d’enseignement de l’école obligatoire et post-obligatoire. Apprenons le respect de la biodiversité et de notre environnement, car les générations de demain hériteront de ce monde souffrant et nous devons leur donner les outils pour comprendre comment le soigner.

Une autre proposition concrète du POP consiste en l’augmentation de la surface cultivée aux alentours de la ville, afin de mieux nourrir ses habitant·e·s par des produits bio et régionaux. Pour ce faire, nous envisageons deux mesures complémentaires : l’augmentation de jardins communaux du style « Kikajons » et la création de jardins gérés par la Ville. Ces jardins auraient un objectif double, en proposant d’une part des denrées pour les commerces locaux et en offrant d’autre part, et seulement à leur demande, un environnement de travail aux bénéficiaires du chômage et de l’aide sociale, leur permettant de s’impliquer dans une activité productive.

Enfin, reverdissons la ville ! La Chaux-de-Fonds dispose de nombreux parcs, mais elle pourrait être encore plus verte, accueillir par exemple des toits végétalisés ou favoriser les plantations urbaines : en bref, retissons des liens entre les êtres humains et la nature. Notre ville, au cœur des montagnes jurassiennes, peut devenir une ville verte, fière de son développement durable : empoignons les problèmes à bras le corps, ne restons pas passives et passifs devant la crise écologique !

 Concrètement, nous voulons :

 

L’instauration de la « règle verte » à La Chaux-de-Fonds

Un « plan climat » ambitieux

L’allègement des mesures pour la pose de panneaux solaires dans le périmètre UNESCO

Une incitation, pour les propriétaires d’immeubles, à moderniser l’isolation et les installations de chauffage (abandonner le mazout)

La réduction de l’éclairage public et l’interdiction des éclairages des commerces la nuit, en tenant compte des risques que cela peut impliquer (harcèlement, passage piéton, etc.)

Une exploitation des terrains communaux tournée vers l’écologie et la résilience

Des jardins et des parcs publics qui favorisent la protection des espèces

La protection de la nature régionale (Pouillerel, Parc du Doubs, etc.)

La limitation des monocultures et la revitalisation des haies naturelles

La dépollution des sols

L’abandon complet des pesticides et des OGM

Le soutien à l’agriculture respectueuse de l’environnement par des subventions aux paysan·ne·s

Un élevage proportionné qui respecte le bien-être des animaux jusque dans leur abattage

Une éducation à l’écologie à tous les niveaux de l’enseignement

Un investissement dans les formations pour les métiers permettant la transition écologique

La sensibilisation de la population à la protection de l’environnement et au respect de la biodiversité à travers les bibliothèques, les musées, le zoo, etc.

Des structures communales proposant uniquement des aliments bio, locaux et de saison

Un service gratuit d’aide à la réduction de la consommation d’énergie, en complémentarité avec ce qui existe déjà

Davantages de parcelles de terre à louer du style « Kikajons », en favorisant les projets associatifs

La création de jardins communaux, économiquement viables, fournissant la ville en fruits et légumes et offrant des activités aux bénéficiaires du chômage ou de l’aide sociale