Résumé de la séance du 27 novembre 2018 du Conseil général de La Chaux-de-Fonds

Avec un peu de retard le POP de la T’Chaux a le plaisir de mettre à disposition le compte-rendu de la séance du Conseil général de la Ville du 27 novembre 2018.

Le fait principal est que le projet des institutions zoologiques (Musée d’histoire naturelle et Bois du petit Château) a été accepté à l’unanimité. Le POP se réjouit de cela et en profite pour adresser ses plus vives félicitations à notre conseiller communal Théo Bregnard d’avoir réussi à faire aboutir un projet qui a connu de nombreux déboires par le passé, à Xavier Huther pour son énergie positive et à l’ensemble des collaborateurs des institutions pour leur courage, leur patience et leur motivation. Le POP souhaite que ce bel investissement permette de donner une dynamique positive à La Chaux-de-Fonds qui en a actuellement bien besoin.

Compte-rendu de la séance du Conseil général de la Ville de La Chaux-de-Fonds du 27 novembre 2018

Nicolas Turstschy est nommé en remplacement de Gianfranco Maule à la commission des infrastructures, de l’urbanisme et de l’énergie pour le POP. Merci à Gianfranco Maule et bienvenue à Nicolas Turtschy.

Principal sujet : Projet Izoo18 (institutions zoologiques) qui prévoit d’ouvrir à nouveau le Musée d’histoire naturelle de La Chaux-de-Fonds (MHNC) après plusieurs années de fermeture quasi-totale au public. Projet qui a subit plusieurs versions et a été remis au fond d’un tiroir, notamment lors de la dernière crise financière en 2014.

Zoo musée.

Lecture d’un courrier d’enfants de la rue du Nord : 15 enfants qui jouent à la rue du Nord expriment leur tristesse à voir leur place de jeux remplacée par un parking

Courrier APEMN (association des parents d’élèves des Montagnes neuchâteloises): l’association se réjouit du musée, et relève la pertinence du projet. Par contre ils sont défavorables au parking. Remplacer un espace vert par un parking est contraire à la santé scolaire, et sacrifie tout à la voiture.

Prise de position des différents partis :

Tous saluent la qualité du projet et le qualifient d’intelligent et de raisonnable vu l’état des finances de la Ville.

Le rapport du Conseil communal, après analyse, valide le fait que l’entrée au Bois du Petit Château demeure gratuite, ce qui satisfait entièrement le POP qui a lutté et continuera de lutter pour que cela reste ainsi.

Le bâtiment de l’Ancien-Stand, qui avait été déclaré bon pour la démolition, a été l’objet de nombreuses questions, notamment sur son isolation, le toit et divers autres aspects.

De vifs remerciements sont adressés aux collaborateurs du musée pour le travail effectué dans des conditions souvent difficiles ne correspondant plus aux normes.

Ce projet permettra aussi d’améliorer les conditions de travail du personnel du Bois du Petit Château qui sont actuellement déplorables.

Le POP remercie sincèrement le personnel de ces deux institutions et se réjouit de l’amélioration de leurs conditions de travail qui permettront de donner une dynamique positive à ces institutions chères aux Chaux-de-Fonnières et aux Chaux-de-Fonniers.

Des remerciements sont aussi adressés au généreux donateur, ce don de CHF.1’000’000.-permettra de mettre en valeur les collections et de faire vivre le musée.

La création d’une cafétéria et de lieux d’accueil du public est aussi appréciée.

Le POP et le PS regrettent tout de même l’abandon du projet antérieur qui était ambitieux et novateur.

Le POP a demandé que l’on veille à l’accessibilité des familles et des petits budgets au Musée avec notamment la gratuité du dimanche matin. Plusieurs voix se sont élevés pour pousser à ce que des cartes indigènes soient aussi proposées.

Les projets du parvis et du parking ne satisfont cependant pas l’ensemble des partis.

Le PLR et L’UDC regrettent la suppression des places de parc devant l’entrée, défavorisant les clients du kiosque motorisés.

Les verts et le POP, à l’opposé des autres partis refusent de sacrifier un espace vert pour y faire un parking, tous les deux déposent un postulat pour séparer le projet du Musée et le parking. Cela pour plusieurs raisons. En premier lieu la contradiction à développer un espace pour sensibiliser à la protection de la nature et de l’environnement en détruisant une place de jeux pour en faire un parking. Il est aussi relevé que créer un parking payant sans politique de stationnement globale n’est pas cohérent. Pour résoudre ce point, le POP a demandé que le parking fasse partie du projet de politique de stationnement et pas du musée. Que se passerait-il dans le cas où la politique de stationnement était refusée par le Conseil général ou par un référendum ? Le Conseil communal devrait sans doute revenir sur ce parking, donc autant attendre.

Intervention du Conseil communal par Théo Bregnard

Il fait l’historique de la saga de ce projet. Il dit la satisfaction de le voir enfin aboutir grâce à la volonté de plusieurs acteurs. Ce centre deviendra un lieu incontournable pour l’étude de la nature en lien avec des acteurs extérieurs.

Il adresse ses remerciements aux collaborateurs et en particulier à Jean-Daniel Blant qui prendra prochainement sa retraite.

Pour l’encadrement, il assure qu’un collaborateur scientifique sera engagé, l’engagement du personnel d’accueil pourra évoluer selon les besoins.

Il ajoute que de tels projets sont essentiels pour la ville et qu’ils permettent de se rassembler autour d’un sujet porteur.

Pour le projet du parvis et du parking, il insiste sur la sécurité à l’entrée du parc qui actuellement n’est pas satisfaisante et doit être amélioré. Le projet présenté permettra d’y remédier en améliorant aussi la sécurité de l’arrêt de bus.

Pour le parking, il n’est pas possible d’ignorer les problèmes de stationnement.

Que faire avec les visiteurs de l’extérieur ? Il faut trouver une solution, canaliser la circulation, ce projet de parking est issu d’un compromis et est réfléchi en parallèle avec le projet global de stationnement. 

Vote sur le musée : Le projet est approuvé à l’unanimité. Le mur de soutènement est lui refusé par les Verts considérant qu’il est nécessaire pour le parking. Le POP le soutient (moins une abstention) car pour s’opposer au parking il ne juge pas cohérent de refuser un crédit pour la réfection d’un mur qui doit être refait dans un avenir proche pour des questions de sécurité. Il n’y avait pas de vraie possibilité de s’opposer au parking dans ce rapport, c’est pourquoi il a déposé un postulat.

Postulat POP

Le POP reconnait la nécessité de places de parc, mais refuse de goudronner des espaces verts

Le POP demande d’étudier d’autres possibilités de parcage et de favoriser l’accès par d’autres moyens. La vision n’est pas globale et, en l’état n’est pas acceptable. Il est demandé au CC de faire une étude donnant une vision d’ensemble de la situation du parcage dans le secteur et d’analyser d’autres possibilités (rues à sens-unique pour mettre des parkings en épis, possibilité de parcage au nord voire à l’ouest, etc..).

Réponse du Conseil communal : il ne faut pas opposer espaces verts et parkings, il y aura de fait plus de voitures qui trouveront d’autres lieux de parcage aux alentours et causeront des nuisances.

Refusé par  23 voix contre 13 et 2 abstentions

Postulat Verts

Proche du postulat du POP, mais ne demande pas explicitement de ne pas faire ce parking.

Refusé 22 contre 13 3 abstentions.


Rapport 
du Conseil communal relatif au remplacement du CCF et de la microturbine (DUBRE)

Rapport technique.

Tous les partis reconnaissent la nécessité de ces remplacements qui vont améliorer le rendement de la STEP et valoriser la chaleur résiduelle. PLR : mise en œuvre sans arrêt pendant les travaux, nette amélioration. Le POP souligne que pour ce genre d’investissement, les débats sont difficiles car refuser un tel sujet est très compliqué. Il relève aussi, à l’instar des Verts, que ce type de technologies est sujet à une certaine obsolescence programmée (les pièces de rechange deviennent très difficile à trouver) et donc une certaine captivité vis-à-vis des fournisseurs. Le POP espère que ces appareils dureront plus longtemps et accepte l’arrêté.

Arrête accepté par 38 voix.