La Chaux-de-Fonds est une ville de culture, et notamment de cultures alternatives. Comptant de nombreuses et nombreux artistes, des loyers modérés, des lieux de création et d’exposition dans tous les domaines artistiques, notre ville offre un environnement agréable et accueillant pour toute activité créative. Nous devons en être fier·ère·s, tout comme nous devons être fier·ère·s de notre culture sportive populaire. En ce sens, nous avons à cœur de valoriser les environs de la ville, lesquels permettent la pratique d’activités extra-urbaines de qualité, comme le vélo, le ski de fond, la luge et tant d’autres. La Chaux-de-Fonds est en effet une ville idéale pour pratiquer une activité physique, que ce soit dans les divers clubs sportifs ou individuellement dans notre nature. Il faut donc soutenir toutes les démarches qui en font la promotion qu’elles soient associatives, privées ou publiques comme le fait le programme « Midi Tonus ».

Les activités culturelles et sportives sont un indicateur de la vie d’une ville, une des raisons d’y venir et un facteur d’intégration. Dans notre ville, ces activités sont le plus souvent portées par des associations de bénévoles qui organisent de nombreux événements culturels, sociaux ou sportifs. Ces bénévoles contribuent à faire rayonner leur association et, à travers elle, La Chaux-de-Fonds elle-même. La Plage des Six-pompes ou Ludesco, par exemple, n’existeraient pas sans leurs bénévoles. Les deux événements se sont imposés comme des moments de rencontre symboliques et rassembleurs pour toute notre cité.

Ces associations chaux-de-fonnières doivent absolument être soutenues, et ce d’autant plus après la crise du COVID-19, qui en a mis plusieurs à mal en les forçant à annuler leurs événements. Ce soutien est essentiel pour le POP, dont nous rappelons qu’il s’est opposé à la facturation du matériel que la Ville met à disposition des associations. En effet, une telle mesure implique un report des frais, mais aussi du travail sur des bénévoles déjà fortement investi·e·s et comporte un risque de désengagement de leur part. C’est pourquoi, à l’époque, nous avons pris contact avec toutes les associations locales pour pousser le Conseil communal à prendre conscience des risques que fait peser sa nouvelle politique à leur égard, et nous continuerons à les soutenir.

Enfin, de nombreuses associations chaux-de-fonnières véhiculent une histoire populaire. Ainsi, La Plage fut créée pour permettre aux personnes n’ayant pas les moyens de partir en vacances de se rendre « à la plage ». Le club de boxe propose des cours à bas prix, notamment aux migrant·e·s. Le Collège musical propose des prix bas, fixe ceux-ci en fonction des salaires des parents et le concept pédagogique qu’il a développé depuis des décennies est pensé de manière à permettre à toutes les couches sociales d’accéder à la culture musicale, notamment en pratiquant un instrument. Toutes ces initiatives sont construites sur des idées de partage, de justice sociale, d’intégration et d’égalité, qui visent à soutenir les plus défavorisé·e·s. Nous nous reconnaissons pleinement dans ces valeurs et nous engageons sur le terrain politique pour soutenir ces associations et ainsi favoriser une culture et un sport populaires, à destination de toutes et tous.

Concrètement, nous voulons :

Favoriser les activités à destination de toutes et tous, en particulier des populations précaires, pour favoriser leur intégration (réfugié·e·s notamment)

Le maintien du Collège musical dont la survie dépend des subventions de la Ville

Un soutien à la Bibliothèque de la Ville et aux Bibliothèques des jeunes ainsi qu’aux musées et zoo de la ville

L’abandon de la taxe de Viteos lors de la mise à disposition de l’électricité pour les manifestations locales à but non lucratif

La gratuité de l’usage du sol et du matériel communal pour les associations à but non lucratif

Un abaissement des exigences pour l’organisation d’événements publics

Une offre culturelle et sportive adaptée à toutes et à tous notamment par une promotion du sport et de la culture populaires

L’autorisation des graffitis sur certains bâtiments publics

Un soutien fort aux associations locales et à leurs initiatives, ainsi qu’une augmentation de leurs subventions