Pour une ville verte, le POP entend promouvoir un urbanisme qui réduit l’énergie nécessaire à la construction et au fonctionnement des bâtiments ainsi que les déchets produits. De manière générale, nous privilégions la réduction de consommation énergétique et l’utilisation d’énergies renouvelables les moins polluantes possibles. Nous voulons la diminution des déplacements en voiture, en favorisant les modes de déplacement écologiques (vélo, bus, marche, etc.) et en valorisant le développement des commerces de proximité. Pour cette raison, nous demandons des transports publics gratuits et accessibles à toutes et à tous. Ce mode de vie « de proximité » doit favoriser les rencontres entre habitant·e·s des différents quartiers, et ainsi maintenir la qualité des relations sociales, lutter contre la solitude, intégrer les différentes communautés et toutes les catégories socio-économiques de la population en évitant des stratifications au sein de la ville.

En construisant de manière à favoriser des comportements écoresponsables, nous rendrons la transition énergétique la plus agréable et la plus supportable possible. En développant les circuits courts et les commerces de proximité, nous redynamiserons l’économie locale, ce dont La Chaux-de-Fonds a particulièrement besoin. Notre ville connaît une tradition de jardins urbains et nous entendons défendre et accroître les surfaces qui leurs sont consacrées, en soutenant les associations comme les « Incroyables comestibles » qui œuvrent dans ce sens. Enfin, nous voulons mettre en avant le recyclage, notamment la réutilisation d’anciens mobiliers ou matériaux encore fonctionnels trop souvent remplacés pour des raisons purement esthétiques. En ce sens, nous entendons développer les « repair cafés » et encouragerons les initiatives du même type. Nous pensons en outre que la déchetterie doit évoluer vers davantage d’échanges et permettre aux intéressé·e·s de récupérer ce qui y a été déposé.

Nous voulons également construire « la ville dans la ville », c’est-à-dire rénover les espaces urbains actuels de La Chaux-de-Fonds plutôt que de nous étendre toujours plus sur les espaces verts extérieurs. En permettant à toutes et tous de trouver en ville des appartements de qualité à des prix raisonnables, nous voulons favoriser les échanges et rapprocher les citoyen·ne·s. La Chaux-de-Fonds brille par son patrimoine architectural, elle doit le préserver et le valoriser. Le développement de ce patrimoine doit se faire en construisant des immeubles faits pour durer et non pour être rentables le plus rapidement possible, en se concentrant d’abord sur les rénovations des magnifiques bâtiments déjà existants.

Enfin, La Chaux-de-Fonds est l’une des rares villes de Suisse qui ne dispose pas de zone piétonne digne de ce nom. La voiture doit être reléguée à son statut de moyen de locomotion utile pour des longues distances, pour le transport de matériel encombrant et pour les déplacements d’urgence, mais être exclue au maximum des zones de vie. Réduire la voiture en ville, c’est améliorer la qualité de vie et la sécurité, diminuer la pollution, rendre la ville plus conviviale et faciliter l’accès aux commerces de détail et aux cafés. C’est aussi ouvrir la possibilité d’autres activités dans nos rues ainsi libérées du trafic : des concerts, des spectacles et autres manifestations en plein air, des points de restauration ambulants dans les parcs, des terrasses plus grandes, des aires de jeu, etc.

L’exemple de Pontevedra, une ville en Galice où « le piéton est roi » démontre que limiter la voiture est possible. Cette ville connaît d’ailleurs une augmentation de sa population, preuve du succès de cette politique qui a pourtant connu lors de sa mise en place une forte opposition.

Nous voulons aussi développer la mobilité douce, à commencer par les vélos et les trottinettes. En effet, les cyclistes se trouvent actuellement dans un environnement urbain peu favorable à leur sécurité.

Concrètement, nous voulons :

Une vraie zone piétonne soutenue par une politique dynamisant la vie sociale et culturelle des espaces rendus aux piéton·ne·s

Des transports publics gratuits sans diminution de l’offre et avec des cadences de dix minutes y compris le soir

Des écoquartiers agréables et peu gourmands en énergie

Un soutien aux coopératives sociales locales

L’arrêt de la vente du patrimoine immobilier et foncier de la ville

Lutter contre la spéculation immobilière sur le territoire communal

L’augmentation de la taxe foncière

Favoriser l’entretien du parc immobilier existant plutôt que de nouvelles constructions

Le développement de la gérance communale, afin de garantir des loyers abordables et de renflouer les caisses de la Ville, en rachetant progressivement des immeubles locatifs privés et en plafonnant le prix des loyers

La création de logements à loyers réduits pour les séjours professionnels ou de formation de longue durée dans la fonction publique, pour les collaborateur·trice·s et stagiaires venant d’ailleurs

Faire baisser le nombre d’espaces commerciaux vacants en faisant pression sur les propriétaires et les gérances

Des parkings d’échange desservis par des bus en quantité et en fréquence suffisantes

Le développement de pistes cyclables

L’encouragement de la mobilité douce par des mesures concrètes

Une généralisation de la limitation de la vitesse en ville

Un déneigement qui prenne en compte les personnes à mobilité réduite

L’utilisation du droit de préemption pour le développement de projets d’intérêt public