Les inégalités de genre doivent être combattues jusqu’à leur complète disparition. Les autorités communales ont déjà fait un bon travail pour garantir une égalité de traitement des personnes concernées, mais nous devons aller plus loin.

Les identités de genre et les préférences sexuelles de chacun·e ne doivent faire l’objet d’aucune discrimination. Chacun·e doit pouvoir vivre sa vie comme il l’entend, sans être contraint·e par le regard des autres, sans se sentir méprisé·e ou rejeté·e. Ainsi, nous soutenons l’idée que tous nos textes légaux soient exprimés en langage épicène. Il s’agit d’un pas symbolique dans la reconnaissance de l’égalité des genres.

Nous voulons par ailleurs développer une sensibilisation aux questions de genre durant la scolarité afin de conscientiser les élèves et leurs parents au poids des constructions sociales. En effet, les orientations sexuelles et les identités de genre doivent être respectées pour garantir des comportements respectueux de la part des générations futures, et c’est pourquoi les programmes scolaires consacrés à l’identité de genre comme à la sexualité doivent faire l’objet d’une réflexion pédagogique soutenue et oser des innovations, bannissant toute autocensure souvent inconsciente.

Enfin, afin de faire de l’espace public un endroit où tout le monde se sent en sécurité et libre d’afficher sa différence, il est important de mettre en place des mesures de lutte contre toute forme de harcèlement. En ce sens, nous soutenons les associations qui militent Identités de genre Concrètement, nous voulons : pour les droits et la reconnaissance des personnes LGBTIQ+, les événements culturels consacrés à la question des identités de genre et de l’orientation sexuelle. Les images qui marquent notre espace public ont également une forte incidence sur le sentiment de bien-être ou d’exclusion. C’est pourquoi nous souhaitons l’interdiction de toute imagerie sexiste. Le Conseil communal pourrait charger un groupe d’experts de la question pour juger des différents cas.

Outre la formation et la sensibilisation à la violence de comportements parfois banalisés, nous désirons permettre à chacun·e d’acquérir les réflexes nécessaires en cas d’agression, de viol, de violence verbale, etc. Nous tenons également à ce que l’ensemble du personnel communal, et tout particulièrement la Sécurité publique, soit sensibilisé à ces questions afin que toute victime se sente soutenue et accompagnée par les autorités responsables. Enfin, nous voulons développer l’offre du Service d’aide aux victimes, victimes qui devraient également bénéficier également d’un service de soutien juridique et d’une cellule d’accompagnement thérapeutique gratuits. Nous souhaitons aussi soutenir les structures offrant des solutions d’hébergement et garantir un nombre suffisant de lits pour permettre à toute personne concernée de rompre avec un quotidien violent.

Concrètement, nous voulons :

L’usage de la forme épicène dans les textes officiels de la Ville

La sensibilisation à la thématique du genre à l’école en vue du respect des identités et des orientations sexuelles de chacun·e

Une formation du personnel de l’administration communale sur les questions de harcèlement et sur les violences basées sur le genre

Un soutien accru aux cellules de soutien pour accompagner de manière adéquate toutes les victimes

La création d’un congé parental digne de ce nom pour les employé·e·s de la fonction publique, et une pression pour obtenir un congé parental au niveau suisse

Des campagnes de sensibilisation contre le harcèlement sous toutes ses formes (de rue, mobbing, etc.)

La suppression de toute image sexiste dans l’espace public

La reconnaissance et le soutien moral et juridique aux familles arc-en-ciel

Le soutien aux associations œuvrant pour la reconnaissance et les droits des personnes LGBTIQ+