Compte rendu du conseil général du 04.02.2020

Conseil général du 04.02.2020

Les procès-verbaux du Conseil Général du 26.09.2019 et du 29.10.2019 sont adoptés à l’unanimité

Madame Monique Gagnebin entre à la commission intercommunale et Monsieur Othenin-Girard à la commission financière suite à la démission de Monsieur Oguzhan Can

Motion halte au plastique (POP) et amendement demandant de sous-traiter avec des entreprises locales pour la vaisselle réutilisable :

La motion demande de limiter l’utilisation du plastique dans les manifestations et d’utiliser de la vaisselle réutilisable

L’amendement demande de favoriser les entreprises locales pour se faire

CC : Le conseil communal acceptera cette motion car le sujet important. Le canton a fait le choix d’utiliser du plastique pour des raisons thermiques. Le CC a déjà plusieurs solutions et offres pour limiter la consommation du plastique mais la motion permettra d’affiner encore les choses.

La motion et l’amendement sont acceptés à l’unanimité

Arrêté urgent du CC à propos du changement des contrats d’assurances Perte de gain

CC : Les salaires sont bloqués depuis plusieurs années pour le personnel de la ville. Cela devait être momentané mais est reconduit chaque année car la ville n’est toujours pas dans une situation financière saine. Le Conseil Communal admet que la communication auprès du personnel n’a pas été faite de manière optimale. Pour ne pas cumuler l’augmentation de l’assurance AVS, de la diminution de l’IPC et du blocage des salaires le Conseil Communal propose de prendre à sa charge le 80% de la charge liée à l’assurance perte de gain, supportée par les employés pour l’année 2020. Les nombreuses absences longues durées ont engendré une difficulté à trouver un nouvel assureur. Le nouveau contrat occasionne une augmentation de la charge mais il sera possible, dorénavant, de remplacer les absents plus rapidement ce qui soulagera les équipes. Une demande de rajouter la somme de frs. 3’500’00.- au budget est demandée

UDC : Le groupe acceptera l’arrêté sans gaité de cœur mais par solidarité pour le personnel et ce, malgré les errances du CC.

PS : Le groupe n’est pas satisfait du comportement du CC sur ce dossier. Plusieurs personnes en commission et au Conseil Général se sont inquiétées d’une éventuelle augmentation et d’un surcoût lié à l’augmentation des maladies longue durée. Le groupe estime ne pas avoir eu toutes les cartes en main pour juger lors du budget annoncé en décembre 2019. La communication au personnel par le CC a été très maladroite.

POP : Le groupe rappelle que c’est en décembre seulement qu’une solution pour les APG a été trouvée après de longs mois d’attente. Il est néanmoins satisfait que le personnel soit remplacé après 3 mois d’absence car ce sera un soulagement pour les équipes. Les popistes ne sont, par contre, pas satisfaits que CC n’ait consulté ni les syndicats, ni la commission financière, ni le Conseil Général avant de décider de faire supporter à part égale pour la ville et le personnel la charge supplémentaire du nouveau contrat d’assurance. Ils demandent que cet arrêté perdure jusqu’à ce que les mesures salariales de crise sur les employés continueront car le personnel fait déjà assez de sacrifices

Arrêté accepté par 35 voix et une abstention

 

Interpellation urgente interpartis sur l’action sociale : (urgence acceptée)

Afin de permettre au Conseil Communal de s’expliquer, l’interpellateur à plusieurs questions Il souhaite savoir à partir de quand le Service a commencé à battre de l’aile et quels en ont été les facteurs déclencheurs ? Savoir s’il a déjà été réalisé une analyse de l’impact financier des déboires du Service ? Quelle est l’ampleur des pertes subies par la ville et le canton ? L’interpellateur aimerait également connaître, outre l’impact financier, l’impact des problèmes rencontrés par le Service sur les bénéficiaires ? Avoir besoin des services de l’action sociale est déjà le signe de difficultés et d’un passage de vie très compliqué. Y rajouter des complications administratives et l’impossibilité d’être entendu représentent une souffrance supplémentaire qui doit être évitée au maximum. Le suivi ayant semble-t-il été lacunaire, est-ce que des bénéficiaires ont-été laissés pour compte ? Est-ce que l’égalité de traitement a pu être garantie à tout le monde ? Est-ce que des mesures particulières seront désormais prises pour rattraper le retard dans le suivi ? Est-ce qu’une information spécifique à destination des bénéficiaires sera effectuée ? Pour conclure, le taux de roulement dans le Service a atteint des proportions importantes, selon l’article de presse atteignant près de 50%. Le Conseil communal peut-il nous préciser ces chiffres ? Et de manière générale nous dire quelles ont été les conséquences sur les employés ?

CC : Le CC ne peut qu’admettre que les services sociaux traversent une crise très importante depuis de nombreuses années. Une crise augmentée encore depuis une année principalement à cause du turn over, des problèmes de formation, de nouvelles normes qui compliquent le travail des assistants sociaux et d’une mauvaise gestion de la crise à la tête des services. L’audit faite dans ces services a mis tous ces éléments et disfonctionnements en avant. Le CC est totalement conscient que pour redresser la barre il faut restaurer un bien-être pour le personnel et également mettre de nouvelles procédures en place. Plusieurs postes vont être créés pour permettre une meilleure formation des assistants sociaux en place, pour travailler sur l’important dossier des contentieux ainsi que pour mieux coordonner le service.  Dorénavant un contrôle des dossiers sera effectué tous les 3 mois afin d’évaluer si la situation des bénéficiaires a évolué ou non. Le CC indique participer à toutes les séances en lien avec le service de l’action sociale, suivre le dossier de près, avoir des contacts réguliers avec le conseil d’Etat. Il s’engage également à fournir dans le courant de 2020 un rapport d’informations afin de permettre au Conseil Général de voir l’évolution et d’être tenu au courant.

PLR : Le groupe regrette d’avoir défendu les services sociaux quand des coupes budgétaires auraient pu être faites alors qu’en fait la situation n’était pas fiable. Il espère que les mesures annoncées et les nouveaux engagements permettront une amélioration

POP : Le groupe remercie le CC pour ses explications fournies. Il voudrait savoir si au niveau de la situation des bénéficiaires personne n’a été lésé

UDC : Le groupe aimerait savoir depuis combien de temps il n’y a pas eu de contrôle du SCAS.

PS : Le groupe soutient les mesures mises en place et le personnel. Il attend avec impatience le futur rapport

CC : Le CC confirme que la mission centrale de l’action sociale concerne les bénéficiaires et affirme qu’aucun d’entre eux n’a été lésé dans cette affaire. Même si le turn over peut donner des retards les dossiers sont néanmoins suivis selon le CC et il estime que les mesures prise amélioreront la situation pour le personnel mais aussi pour les bénéficiaires. Depuis 2017, les échanges avec l’Etat sont apaisés et constructifs mais le CC admet qu’avant cette date il y avait des flottements à ce niveau.

L’interpellateur est satisfait que le CC prenne la mesure de la situation. Il attend avec impatience la concrétisation de ses mesures et attend le rapport informatif. Il avertit d’avance que lors des comptes une attention particulière sera portée sur le sujet et notamment sur les pertes liées à ce qui s’est passé

Interpellation concernant la campagne de communication trollesque sur la ville :

La majorité des partis ne cautionne pas du tout le choix de campagne choisi. Les socialistes notamment qui prennent plusieurs fois la parole pour dire leur insatisfaction et disent s’exprimer au nom du peuple qui aurait été bafoué par cette promotion maladroite. Même constat, avec moins d’emphase pour les groupes PLR et UDC qui regrettent le choix de stratégie et aimeraient savoir quelle sera la suite de la campagne, si une remise en question a été faite par le conseil communal ? Le groupe POP exprime en priorité son regret qu’un mandataire de la région n’ait pas été choisi. Seuls les verts soulignent l’audace et le courage d’une telle campagne.

CC : Le groupe de travail a été séduit par le prix et l’originalité de la campagne proposée. Cette campagne se voulait dans l’esprit chaux-de-fonnier, créative et audacieuse. Le Conseil Communal admet un problème de timing car il était trop tard pour retarder son lancement lorsque le dossier des services sociaux est tombé. Le CC admet que les résultats sont mitigés au niveau de cette campagne et de ce fait a décidé de la mettre entre parenthèses afin de rencontrer calmement les acteurs locaux. La campagne qui va suivre se basera sur les points forts de la ville. Le conseil communal rappelle néanmoins que l’affaire du troll a donné 100000 vues, que plusieurs médias en ont parlé et qu’à l’extérieur de la ville l’indice de satisfaction est important. Il reste pour la future campagne un budget de frs. 161’000.-.

Interventions urgentes interpartis et UDC sur l’aéroport : (urgence acceptée)

Suite à plusieurs articles dans la presse les interpellateurs souhaitent savoir ce qui se passe concernant l’aéroport de la ville. Qu’en est-il du grand roulement du personnel ? Du fait que le directeur ait été rétrogradé ? L’aéroport est-il menacé de ne plus recevoir les subventions fédérales ? Un audit a-t-il été demandé ?

CC : Le Conseil Communal estime que les sources journalistiques proviennent uniquement des gens insatisfaits par les nouvelles décisions. L’attitude de ces mécontents compliquent clairement la vie des salariés et certaines rumeurs donnent une mauvaise image de l’aéroport. L’OFAC fait des diminutions de budget et verse les subventions avec un décalage qui n’est pas rassurant pour les employés d’où le fait que certains quittent l’entreprise. Un poste de nouveau directeur stratégique est mis au concours et des contrôleurs aériens seront également engagés. L’aéroport va bien et les réservations sont au rendez-vous. Des discussions sont en cours avec l’OFAC. Celui-ci demandait que des économies soient faites ce qui a été fait et l’aéroport ne fermera pas.

Les groupes UDC et POP sont moyennement satisfaits par la réponse du CC

Interpellation « perte sèche pour l’emploi. 67 postes déplacés par Tag Euer » (PS)

L’interpellateur aimerait avoir des explications si le conseil communal en a ? Y a-t-il des risques qu’une autre entreprise prenne le même genre de décisions ?

CC : Selon le Conseil Communal le problème vient du fait que les employés qualifiés ne souhaitent pas venir vivre à La Chaux-de-Fonds et préfèrent vivre proche d’un aéroport. Il n’a pas entendu parler d’autres entreprises qui auraient de tels projets et rappelle qu’il n’est pas vraiment possible de faire de l’ingérence dans les entreprises.